Événements

Discussion Avec AMCHAM

Discussion Avec AMCHAM
  • Date et l'heure de la discussion

    6 juillet 2021

Panélistes

  • Ruben Vardanyan

    Co-initiateur de l’initiative Le FUTUR ARMÉNIEN

L’Initiative Futur Arménien a été lancée en avril 2021. Actuellement, le nombre de ses signataires a dépassé les 80 000 personnes d’Arménie (la majorité) et 95 autres pays. L’objectif le plus immédiat est d’avoir 100 000 signataires d’ici la fin de l’été. Cela témoignera de l’indifférence d’un grand nombre d’Arméniens et d’amis de l’Arménie à l’avenir du pays et de la nation et nous donnera l’occasion de vraiment discuter et former l’agenda futur, de le légitimer dans notre société.

Le nombre de défis auxquels l’Arménie et les Arméniens sont confrontés est d’une telle ampleur qu’aucun État, institution, organisation ou diaspora ne peut à lui seul les résoudre. Et quand nous arrivons à penser et à planifier pour l’avenir, il ne s’agit pas de rêver, mais plutôt de regarder le présent, de voir ce que nous avons, où nous en sommes et vers quoi nous nous dirigeons.

Pourquoi maintenant ? C’est à présent un moment unique où l’Arménie doit sortir d’une crise profonde. Dans de tels moments, il est plus facile pour les gens de s’unir et de travailler pour un objectif commun. Deuxièmement, nous vivons à une époque du 21e siècle où les institutions doivent travailler avec le réseau. Nous espérons que l’Arménie pourra jouer un rôle unique dans le monde en tant que pays pour surmonter ses défis grâce à la collaboration entre l’État, les institutions et le réseau arménien mondial.

La diaspora arménienne a un potentiel énorme dans tous les sens du terme : financier, ressources humaines, connexions, réseau. Et le format par lequel la diaspora était un donateur passif et n’avait pas son mot à dire, le format qui fonctionnait auparavant pour les gouvernements arméniens, ne peut plus fonctionner. La collaboration entre la diaspora et l’Arménie a besoin d’une transformation mondiale. Parallèlement, les Arméniens de la diaspora doivent non seulement recevoir le droit de participer à la vie du pays, mais aussi prendre certains engagements.

Nous croyons au partenariat public-privé impliquant à la fois le secteur privé travaillant en Arménie et la diaspora et le tissu associatif. Il est possible de créer un réseau solide et efficace. Ce n’est pas facile et nécessite des approches alternatives, mais dans ce domaine, nous avons un avantage concurrentiel basé sur notre expérience historique. La mission la plus importante de l’initiative est l’édification de l’État et de la nation face à une grave crise de confiance dans le monde et à la menace de perte d’identité qui pèse sur de nombreux peuples – la principale menace du nouveau millénaire. Les Arméniens, comme beaucoup d’autres, se méfient de leurs gouvernements, surtout après les troubles les plus récents dans le pays. Les gens ne croient pas en leur propre avenir et en l’avenir de leurs enfants dans leur pays natal, et nous devons inverser cette tendance le plus tôt possible.

Par conséquent, nous devons nous sentir responsables, nous devons prendre en main l’avenir de notre pays et regagner la confiance que l’avenir nous appartient, qu’il est entre les mains de chacun d’entre nous. C’est bien d’être fier de nous-mêmes, de connaître notre histoire et notre culture, mais nous devons aussi apprendre à accepter d’autres cultures dont les représentants voudront venir en Arménie pour vivre ici et faire des affaires à nos côtés, comme les Yézidis et les communautés russes dans notre pays.

Beaucoup de gens demandent si l’initiative FUTUR ARMÉNIEN est une organisation politique. Nous précisons qu’il s’agit d’un malentendu de notre initiative. Nous sommes convaincus que nous ne pourrons résoudre les problèmes auxquels nous sommes confrontés qu’en unissant les efforts des personnes en Arménie et au-delà, qui sont prêtes à assumer la responsabilité avec les partis politiques, les organisations publiques et caritatives pour construire notre avenir. Il est important de comprendre que nous n’essayons pas de trouver un seul sauveur. Cela n’existe pas. L’objectif est de rassembler les gens en discutant, en établissant des programmes, des stratégies et des partenariats. Nous visons à bâtir notre réputation avec l’aide et le soutien de nombreux Arméniens à l’intérieur et à l’extérieur de l’Arménie. Beaucoup de nos problèmes sont enracinés dans nos mentalités.

Changer la mentalité est la question la plus difficile. Cela demande du temps et beaucoup d’efforts. Il faut de la bonne volonté et de la détermination. Et il faut de la patience, attendre et croire au changement. Parfois, les politiques viennent aider ce processus, parfois la politique et la réglementation ne suffisent pas, puis la cohérence dans la mise en œuvre des lois et réglementations adoptées est nécessaire, et surtout, un changement dans la compréhension de ce qui est acceptable dans notre société et de ce qui est ne pas. Il est très important de discuter du problème lié à la langue arménienne.

Il faut faire d’énormes efforts et investir des fonds considérables dans le soutien et le développement de la langue maternelle. En même temps, nous devons être réalistes, comprendre et accepter que si nous voulons utiliser le potentiel de plus de 7 millions d’Arméniens qui vivent hors d’Arménie, il est important de trouver ensemble un équilibre sur cette question délicate, car l’écrasante majorité de ces personnes ne parlent pas l’arménien au niveau qu’on attend d’eux en Arménie. Sinon, comment assurer le rapatriement de dizaines de milliers de familles vitales pour la construction d’une nouvelle Arménie ? Comment des spécialistes internationaux dans divers domaines peuvent-ils s’installer en Arménie si nous ne pouvons pas créer un système qui leur permettra de s’adapter rapidement et de commencer à travailler avec les talents locaux ?

Nous aurons un débat séparé et sérieux sur notre identité nationale. Quelles valeurs clés devons-nous préserver pour rester Arméniens ? Qui est un Arménien ? Par qui et par quels critères l’arménité doit être déterminée ? Nous ne devrions pas avoir peur de discuter de ces questions et de bien d’autres dans ce domaine et de rechercher des réponses ensemble.

Recommander des amis (jusqu'à 5)

+

    J'ai lu la politique de confidentialité et j'accepte que mes données personnelles soient traitées.