Événements

Une discussion au centre technologique de Vanadzor

Une discussion au centre technologique de Vanadzor
  • Date et l'heure de la discussion

    5 juillet 2021

L’Initiative Futur Arménien a déjà un long parcours depuis son lancement en avril. Après les élections, l’Arménie a entamé une nouvelle phase. Et dans cette phase, la mission pour nous tous est de forger la vision de l’avenir de l’Arménie dans laquelle nous voulons vivre.

Les 15 objectifs incluent des points non seulement sur l’Arménie et son développement durable, mais aussi sur une diaspora forte et l’Artsakh. L’Arménie ne peut pas prospérer sans une forte diaspora. L’émigration qui se produit en Arménie se produit également dans la diaspora ; L’arménité se perd. Il est vital d’utiliser cette période des plus critiques pour l’Arménie alors qu’il n’y a aucun moyen de retourner en arrière, mais bel et bien de progresser.

Lorsque nous unissons nos forces et nos efforts avec tous les Arméniens talentueux et amis des Arméniens pour construire des objectifs à court, moyen et long terme qui soient pratiques, stratégiques et pragmatiques, de plus en plus de personnes se joindront à nous, et il n’y aura pas d’autre choix que de nous faire confiance. L’indifférence est l’une des choses contre lesquelles l’initiative lutte.

Celle-ci a fait beaucoup de progrès à cet égard ; le nombre de signataires tant en Arménie qu’à l’étranger, tout comme le nombre de signataires non-arméniens est éloquent. L’implication d’environ 800 spécialistes de haut niveau de différents domaines dans l’initiative est notre gage pour atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés. Être honnête avec nous-mêmes sur notre situation, évaluer ce que nous avons, et ce que nous allons nous permettre de comprendre où nous voulons aller.

Trouver et définir nos défauts ne visera pas à critiquer quelque chose ou quelqu’un ; il visera à regarder le problème en face ; c’est la seule façon de résoudre nos problèmes. Il n’y a pas d’agenda et de stratégie clairs formés et présentés aux signataires ou futurs signataires de l’initiative parce que l’initiative visait à proposer une plate-forme à un large éventail de personnes pour participer au débat et à la formation de cet agenda et de cette stratégie.

Ce processus peut prendre plus de temps et être moins attrayant pour de nombreuses personnes. Cependant, dans un premier temps, ce que tout le monde peut faire est de parcourir la liste des 15 objectifs et de faire une évaluation de leurs capacités et des objectifs auxquels ils peuvent le mieux s’impliquer. Combien de temps et d’efforts ils sont prêts à y consacrer. Et finalement passer le mot et amener de nouvelles personnes.

Parler au nom de la diaspora est difficile car la diaspora n’est pas un type ; ce sont les différents pays, périodes et lieux ethniques que les Arméniens sont apparus à travers le temps. Et dans la plupart des cas, nous n’avons pas le nombre exact de représentants de la diaspora arménienne.

Ainsi, une étape essentielle serait d’identifier qui et ce que nous avons à l’intérieur et à l’extérieur de l’Arménie, de manière à encourager le rapatriement du plus grand nombre possible de diasporiques en Arménie.

Les Arméniens de la diaspora doivent se voir accorder la possibilité d’assumer leur responsabilité et de jouir des droits de participer aux affaires de l’État de manière égale afin qu’on puisse leur faire confiance dans la situation où ils donnent et obtiennent.

La confiance envers les institutions avec lesquelles nous traitons quotidiennement est vitale. L’autre côté de la question est de savoir comment les institutions collaborent avec le réseau. Ces deux problèmes arrivent à un point critique où nous devons décider à quel point nous sommes prêts à accepter cette réalité. C’est un problème de mentalité qui est plus difficile à surmonter. L’initiative n’est pas une organisation ; c’est un mouvement.

En attendant, l’initiative n’est pas un remède universel et n’assumera pas le rôle de l’État. Comme nous le voyons tous, l’ampleur et le nombre de problèmes auxquels l’Arménie est confrontée de nos jours sont trop importants pour qu’un État puisse y faire face. La question ici est de savoir comment nous poserons la coopération avec l’État, quels seront les canaux par lesquels le privé et le public pourront coopérer efficacement, et comment les rôles de chacun sont répartis.

Arménie 2020 a donné naissance et réalisé 700 projets en Arménie au cours des 20 dernières années. Nous pouvons être fiers de diverses réalisations distinctes au sein de cette initiative. Cependant, l’initiative globale a échoué de manière unique. Il n’a été ni critiqué ni rejeté. Il a été loué et mis de côté.

L’erreur de l’initiative était que nous avons fait des projets séparés à grande échelle, comme le téléphérique Tatever et d’autres. Pourtant, dans l’ensemble, aucun des projets n’a eu d’impact significatif sur le pays dans son ensemble. Chaque région d’Arménie a ses spécificités. Il faut trouver cette spécificité pour chaque région et amener un projet qui va dans ce sens. Les projets donnent vie et changent avec eux.

L’Arménie n’a actuellement presque aucun mot à dire dans les négociations sur le conflit de l’Artsakh. Et la diaspora, en tant que telle, représente l’Arménie dans la question de l’Artsakh ; par conséquent, actuellement, nous n’avons presque rien à dire à ce sujet. Mais ce que nous pouvons faire, c’est construire une Arménie forte avec laquelle nos voisins devront compter. Avoir une armée forte impliquera d’utiliser tout le pouvoir dont nous disposons.

Plus que de restaurer et de préserver le patrimoine culturel, nous devons travailler et changer notre mentalité, que ce soit la cause profonde et la solution à nos problèmes.

Recommander des amis (jusqu'à 5)

+

    J'ai lu la politique de confidentialité et j'accepte que mes données personnelles soient traitées.