Événements

Deuxième discussion sur le secteur de l’énergie (Objectif 2)

Deuxième discussion sur le secteur de l’énergie (Objectif 2)
  • Date et l'heure de la discussion

    30 juin 2021

Panélistes

  • Rouben Indjikian

    Ph.D. en économie, professeur d'économie et de gestion à l'Université Webster de Genève

  • Gaik Oganian

    Co-fondateur du programme National Future Energy Leaders (NFEL) en Arménie

  • Armen Sedefian

    PDG fondateur de «SOLGÉS ENERGY».

Modérateur

  • Hasmik Barseghyan

    Co-fondateur du programme National Future Energy Leaders (NFEL) en Arménie

La deuxième table ronde sur le secteur de l’énergie vise à évaluer l’état actuel du secteur de l’énergie en Arménie et à définir ses orientations et possibilités de développement à moyen et long terme. Il est important de discuter de la relation entre la liberté énergétique et la croissance économique du pays.

L’Agence mondiale de l’énergie a fait une annonce concernant les pays qui réduisent les émissions de CO2 à zéro point. Ici, le rôle important et l’importance croissante des énergies renouvelables sont également mentionnés. En Arménie, nous avons des centrales hydroélectriques et des centrales thermiques, héritées de l’ère soviétique. La centrale nucléaire,  absorbe la moitié de la consommation d’énergie de l’Arménie. Par conséquent, l’Arménie a tout le potentiel et l’expertise pour se hisser parmi les leaders du processus de transition énergétique dans le monde. L’Arménie a besoin de faire appel à l’expertise de la diaspora, ainsi qu’à l’aide de diverses sociétés internationales.

Dans l’ensemble, la nouvelle dynamique du XXIe siècle et les changements qui l’accompagnent doivent être pris en compte et mieux utilisés : utiliser de meilleures sources d’énergie, diminuer le gaspillage d’énergie et augmenter les économies. Ces éléments définiront la stabilité future de l’économie énergétique de l’Arménie.

Le think tank AMARAS a été fondé par divers représentants de terrain de la communauté franco-arménienne. La spécialité de ce Think Tank est d’analyser les éléments et champs essentiels des relations Arménie-Diaspora. Tout est interdépendant et lié. Dans le secteur de l’énergie, le tableau est le même ; cela se passe à l’échelle mondiale. Nous sommes convaincus que l’Arménie peut être un leader, un innovateur et un créateur dans le secteur de l’énergie car elle a tout le potentiel pour ouvrir la voie à la fois aux énergies renouvelables et à l’utilisation optimale des types de ressources énergétiques non renouvelables.

Le monde est confronté à d’importantes catastrophes climatiques, et nous avons besoin de tous les cerveaux dont nous disposons pour prévenir ces catastrophes. On peut penser à un concept de nation verte. Le concept consiste à créer des communautés indépendantes (en créant des serres dans chaque région d’Arménie), qui auront leur énergie, leur eau et leurs infrastructures, assurant la sécurité de la région et l’indépendance du reste des régions. En d’autres termes, pour construire des villes intelligentes. Nous devons lutter pour l’indépendance énergétique.

AMARAS aura bientôt son bureau en Arménie, et il deviendra également possible pour des personnes d’Arménie de nous rejoindre. Il y a tous les moyens financiers nécessaires pour aller de l’avant avec le projet. Il y a le soutien ; il y a les projets ; tout ce que nous avons à faire est de commencer. En Artsakh, nous avons perdu la plupart des centrales hydroélectriques. La sécurité énergétique actuelle de l’Arménie repose sur le gaz, l’énergie nucléaire et les sources d’énergie renouvelables. Le pétrole n’est utilisé que dans le système de transport, l’État doit donc mettre l’accent sur le transfert du pays aux voitures électriques dans un avenir proche. D’autres étapes futures sont la diversification énergétique et le fait de baser davantage la sélection sur les sources d’énergie stables du futur. L’utilisation efficace de ces sources aidera l’Arménie. Le pétrole n’est plus la source de l’avenir. L’électrification devrait être la première option. Le SMR n’est pas une méthode innovante ; il est utilisé depuis longtemps dans des pays comme la Chine et la France. Pour produire de l’hydrogène, nous avons besoin d’eau et d’électrolyser ; les deux existent ou peuvent être trouvés en Arménie. C’est une source d’énergie rentable et les pays européens investissent considérablement dans le développement de ce domaine. L’Arménie a le potentiel, et nous devons certainement suivre cette voie également.

  • Le financement s’articule autour de trois axes principaux : Gaz, nucléaire et hydroélectrique. À l’exception de ceux-ci, il existe d’immenses possibilités pour l’énergie solaire et éolienne. L’Arménie devrait maintenir des relations avec la Russie pour assurer la prévisibilité des prix et la stabilité enracinée dans les relations du pays concernant le gaz et l’énergie nucléaire. Tous les efforts et tous les investissements doivent être accomplis afin que le gaz reste la principale source d’énergie de l’Arménie jusqu’à ce que nous puissions nous tourner vers des sources d’énergie alternatives.
  • L’expertise et les capitaux internationaux devraient être attirés en Arménie. Le champ devrait être rendu stable pour s’assurer que l’Arménie devienne un pays d’investissement.
  • Même de grands pays comme les États-Unis parlent de rendre leur secteur énergétique indépendant. Néanmoins, il y a beaucoup d’exportations et d’importations entre les pays. C’est une vaste industrie où il s’agit plus d’une interdépendance que d’une indépendance. Le niveau d’interdépendance est important ici. Nous devons nous positionner correctement, l’Arménie. Nous devons savoir que nous sommes dans une région compétitive et nous devons nous battre non seulement pour les sources d’énergie, mais aussi pour participer aux discussions sur l’énergie.
  • Il existe deux petits producteurs de batteries pour panneaux solaires en Arménie.
  • Quand on parle de fournir les sources d’énergie nécessaires, cela peut être en produisant en interne ou en indispensable. Nous avons le potentiel de produire en interne, mais nous avons besoin de l’expertise et du capital pour être importés. Pour le moment, notre solution est l’import.
  • Certaines prévisions futures du secteur énergétique arménien sont les suivantes : plus de la moitié de la charge énergétique reposera sur les hydrocarbures. En revanche, prendre 2040 comme échéance finale est trop loin. Nous devons nous fixer des objectifs plus petits et prouver par des actions que nous pouvons répondre aux attentes. Fixez-vous des objectifs plus élevés à chaque étape et atteignez-les.

Recommander des amis (jusqu'à 5)

+

    J'ai lu la politique de confidentialité et j'accepte que mes données personnelles soient traitées.