Événements

Transition de l’Arménienité à l’identité centrée sur l’Arménie (Objectif 5)

Transition de l’Arménienité à l’identité centrée sur l’Arménie (Objectif 5)
  • Date et l'heure de la discussion

    Le 22 août 2021
    20h00, heure d'Erevan (GMT+4)
    19h00, heure de Moscou (GMT+3)
    17h00, heure de Londres (BST)
    12h00, heure de New York (EDT)

Panélistes

  • Levon Afeyan

    Président et fondateur de Seatply Products

  • Onnig Beylerian

    Fonctionnaire fédéral canadien en retraite

  • Davit Zargarian

    Professeur à l’Université de Montréal

Modérateur

  • Levon Sevunts

    Journaliste canado-arménien

Le 22 août à 20h00, heure d’Erevan (GMT+4), une discussion en ligne a eu lieu « Transition de l’Arménienité à une identité centrée sur l’Arménie ». L’objectif de ce webinaire était de discuter des relations entre l’Arménie et la diaspora et des défis actuels auxquels elles sont confrontées.

Le modérateur a entamé la discussion en posant une question à tous les participants : « Selon vous, qu’est-ce qui ne va pas dans les relations entre l’Arménie et la diaspora aujourd’hui ? » Les participants ont partagé leurs réflexions et expériences sur les choses qui pourraient être rapidement modifiées et transformées afin d’améliorer les relations et le rôle de la diaspora dans la réalité arménienne.

Vous trouverez ci-dessous quelques-unes des observations les plus pertinentes de la discussion :

– Il y sans doute de nombreux aspects positifs, pourtant, certains éléments entravent les relations entre l’Arménie et la diaspora, notamment l’attitude et le rôle de la diaspora à l’égard de l’Arménie. Depuis l’indépendance en 1991, la diaspora participe activement à la vie arménienne sous forme de transferts de fonds, d’aide humanitaire, de soutien financier, etc. Tout au long de ces 30 années, on s’attendait à ce que le gouvernement arménien, en collaboration avec la diaspora, forme des structures permanentes, qui pourraient développer et réguler les relations entre la diaspora et l’Arménie. De telles structures sont très difficiles à trouver, et à part quelques conférences, dont la dernière a eu lieu en 2013, il n’y a pas eu de forum ou de structure où le gouvernement arménien pourrait consulter la diaspora sur un certain nombre de projets majeurs qui solliciteraient potentiel de la diaspora.

L’Arménie n’a pas encore réalisé le potentiel de la diaspora, et aucune tentative sérieuse n’a été faite pour exploiter ce potentiel, principalement parce que nous ne savons pas quel est le potentiel de la diaspora et quelles sont la nature et la structure de ce capital humain. Nous ne savons pas dans quelle mesure elle est accessible et réalisable, ce qui rend tout cela hypothétique. Il n’existe aucune relation de travail entre le gouvernement arménien et la diaspora.

– Trente ans après l’indépendance de l’Arménie en 1991, nous nous retrouvons dans la même situation, qui est encore plus complexe. En outre, aujourd’hui, confrontés à de graves menaces existentielles, la diaspora et l’Arménie doivent se poser des questions difficiles, telles que : « Est-il nécessaire d’actualiser nos relations ? Ou devons-nous continuer à faire comme si de rien n’était ? » Il n’y a rien de mal à poursuivre les affaires comme on le fait actuellement, mais il est important de nous rendre compte des problèmes à discuter et à résoudre.

  • Chaque individu de la diaspora doit se demander « Que puis-je faire pour améliorer les relations avec l’Arménie ». Presque tous les panélistes se sont dits préoccupés par le fait que le travail de la diaspora n’est pas organisé, structuré et centralisé et que c’est la raison pour laquelle, parmi les nombreuses bonnes choses que la diaspora fait, il y a toujours une approche incohérente de la part de la diaspora qui nuit aux deux parties.

Dans ce contexte, une autre question importante a été posée aux panélistes : « La structure économique, politique et sociale actuelle de la diaspora nous empêche de réaliser son plein potentiel pour s’aider elle-même et aider l’Arménie »

– Levon Afeyan a entamé cette discussion avec une position fondamentale qui, en soi, ne va pas dans le sens d’une amélioration des relations entre la diaspora et l’Arménie : L’attitude centrée sur les Arméniens doit se convertir en une attitude centrée sur l’Arménie. La question fondamentale ici est que les conversations à travers les églises, les écoles, les médias et d’autres réseaux doivent commencer à considérer l’Arménie comme la force de regroupement qui rassemble les Arméniens de Grèce, d’Argentine, du Canada et d’autres pays avec un attachement à l’Arménie. Si nous parvenons à nous centrer sur l’Arménie, nous commencerons à exploiter sa plus grande richesse. Il a toujours été défini, non seulement par les Arméniens mais aussi par des experts extérieurs, que la plus grande richesse de l’Arménie est la diaspora arménienne. La diaspora ne peut être utile à l’Arménie que si elle considère que l’Arménie a besoin d’aide.

– L’une des questions auxquelles il est également important de réfléchir est la suivante : « Pourquoi la diaspora pense-t-elle toujours que nous devons résoudre les problèmes de l’Arménie, au lieu de réfléchir à la manière dont nous pouvons construire ensemble l’avenir de l’Arménie ».

Une autre question importante soulevée par le modérateur était : « On parle beaucoup d’une nouvelle constitution en Arménie – pensez-vous que c’est l’occasion de réfléchir à la constitution non seulement pour l’Arménie mais pour tous les Arméniens, qui impliquera une sorte de structure avec la participation politique, économique de la diaspora à la vie de l’Arménie ? ».

La réponse rapide a été « c’est très souhaitable ». Tous les panélistes ont souligné le point suivant : Bien que l’implication de la diaspora en Arménie soit très importante, certains changements fondamentaux doivent être apportés pour que cela soit possible. Chaque représentant de la diaspora doit réfléchir à la manière dont il peut être utile à l’Arménie, et exprimer sa volonté et sa disponibilité à montrer son soutien indéfectible, quel que soit le gouvernement en place. C’est ainsi que nous pourrons intégrer la diaspora dans les structures gouvernementales.

Le panéliste a mentionné qu’il est très difficile d’impliquer un groupe de voix « non organisées et non unies » pour diriger un pays, où la diaspora ne contribue pas fiscalement et où les décisions prises en Arménie n’affectent pas la diaspora. En ce qui concerne le nationalisme, on dit souvent dans la diaspora que les Arméniens de la diaspora sont plus nationalistes que les Arméniens d’Arménie, ce qui est peut-être vrai à première vue, mais on oublie que les personnes de la diaspora éprouvent de la nostalgie et de l’émotion pour l’Arménie.

Les panélistes ont noté que les représentants de la diaspora doivent réfléchir sérieusement à ce qu’ils envisagent pour l’Arménie, à l’avenir qu’ils veulent pour l’Arménie. Aujourd’hui, il s’agirait de frontières sécurisées, d’une armée de qualité, mais que veulent-ils de plus ? Le fait d’avoir une idée de ce que la diaspora veut que l’Arménie soit, aidera à définir son approche et les Arméniens verront la diaspora comme quelqu’un qui se soucie d’eux et qui pense stratégiquement à eux.

Les points clés en guise de conclusion à cette discussion sont les suivants :

En tant que diaspora, nous devons apprendre à nous contrôler, à ne pas être réactifs et nous devons avoir un objectif et une stratégie pour poursuivre nos activités.

Les mesures concrètes doivent venir de tous et la diaspora doit discuter et décider collectivement de l’avenir de l’Arménie.

Pour un bon départ, des conversations et des initiatives comme Le FUTUR ARMÉNIEN doivent continuer leurs activités et se développer.

La nouvelle approche devrait être la suivante : « La diaspora est là pour aider à construire l’avenir de l’Arménie. Planifions ensemble, traçons une voie ensemble et rassemblons nos valeurs, nos atouts et nos talents ensemble pour aider l’Arménie. » Être Arménien par choix, décider d’être Arménien et accepter que l’Arménie soit notre lien à ce que nous sommes et lui consacrer tout ce que nous avons est la seule façon d’avancer des relations entre la Diaspora et l’Arménie. Si plusieurs organisations diasporales adoptent cette approche, nous pourrons constater des résultats rapides.

Avant de permettre à la diaspora de prendre une quelconque décision dans la loi de l’Arménie, nous devons veiller à ce que la diaspora soit impliquée et intéressée par la vie quotidienne en Arménie et que les décisions prises en/pour l’Arménie aient un effet sur la diaspora.

En ce qui concerne les mesures concrètes que l’Arménie devrait prendre pour impliquer plus activement la diaspora dans sa vie, les panélistes ont mentionné qu’il s’agit d’une question de confiance envers la diaspora. L’un des problèmes qui affectent négativement la relation entre la diaspora et l’Arménie est que la diaspora manque d’informations sur les initiatives en cours en Arménie, car les médias arméniens ne sont pas capables de relever ces défis.

 

Recommander des amis (jusqu'à 5)

+

    J'ai lu la politique de confidentialité et j'accepte que mes données personnelles soient traitées.