Événements

Discussion avec Ruben Vardanyan à Synergy

Discussion avec Ruben Vardanyan à Synergy
  • Date et l'heure de la discussion

    14 juin 2021

Il est essentiel que les jeunes talents qui travaillent dans des entreprises arméniennes prospères et qui font un travail d’importance mondiale sachent dans quel genre de pays ils voudraient vivre. La plupart des jeunes arméniens intelligents d’aujourd’hui ne font pas partie des processus politiques dans le pays, ne sont membres d’aucun parti politique. Principalement parce qu’aucun des processus politiques en cours en Arménie ne présente actuellement une idéologie pour unir ces personnes autour d’elle. Cette condition a créé l’indifférence et l’apathie : une contre-réaction normale à la perte de la guerre. Un autre gros problème auquel les Arméniens sont confrontés est le manque de mentalité étatique. Ainsi, il y a une menace pour l’État arménien.

L’initiative « Futur Arménien » vise à rassembler autour d’elle des Arméniens et amis des Arméniens autour d’une table commune de discours. 15 thèmes/objectifs majeurs ont été retenus, abordant toutes les questions nécessaires qui nécessitent des réponses judicieuses. Il y a beaucoup d’expertise autour de beaucoup d’entre eux. Cependant, le point critique ici est que nous ne voulons pas présenter nos réponses ; nous voulons écouter, trouver des réponses parmi un large public de personnes intelligentes, bien informées et bienveillantes.

Les trois objectifs immédiats sont :

  • Avoir une liste finalisée d’objectifs enracinés parmi les 15 mentionnés ci-dessus d’ici la fin juin ● Avoir plus de 100 000 signataires d’ici fin juin,
  • Avoir un groupe formé d’experts autour de chaque question/objectif

Le 15ème point dans la liste des objectifs parle honnêtement de nous, de nos problèmes, de la façon dont nous y faisons face. Être irréaliste à propos de nous et de notre réalité nous nuit. Nous devons clairement évaluer où nous sommes, quoi et qui nous sommes et où nous allons. Une collaboration État-privé est nécessaire. L’Arménie a traversé une crise massive, et comme le montre la pratique, chaque crise est une opportunité de reconstruire, de relancer et de se relever.

 

Questions et réponses

  • Le format qui a fonctionné jusqu’à présent était le suivant : puisque le gouvernement arménien assure la sécurité et la souveraineté de l’Arménie et de l’Artsakh, la diaspora est un donateur passif qui ne s’implique pas dans les processus politiques. Cependant, cela a cessé d’être réel depuis décembre 2020. La défaite et ses conséquences en perte culturelle et psychologique ne peuvent être ignorées. L’autre face de la menace est l’émigration de la diaspora elle-même – l’arménien est en train de disparaître, seule une infime partie de la diaspora arménienne l’accepte, visite l’Arménie ou s’en occupe en tant que telle. Il est donc grand temps de changer de cadre. Cela ne devrait pas être un peu comme si la diaspora conseillait/supervisait les processus. La diaspora devrait avoir son mot à dire, assise là, faisant partie des discussions qui décident de l’avenir du pays. La connexion réseau-gouvernement est la clé. Et cela ne fonctionnera que s’il y a une idéologie.
  • La vision est la suivante : si nous avons 100 à 200 000 signataires, cela nous donnera une légitimité pour parler au nom de la majorité. Celui qui arrive au pouvoir le 21 juin doit s’asseoir avec nous et discuter d’un nouvel agenda. Le grand nombre de signataires fera pression sur le gouvernement pour qu’il compte avec nous et les amènera à la table de discussion. C’est le moment de mettre un terme à l’ignorance, de les amener à la responsabilité. Nous ne pouvons plus nous permettre d’être un donateur patient et passif.
  • Construire une mentalité étatique est vital ; nous devons comprendre la valeur de l’État. Le travail d’équipe doit être encouragé et excellé. Nous devons apprendre à progresser ensemble.
  • Les façons de participer à l’initiative sont nombreuses. Pour n’en citer que quelques-uns, tout le monde peut être utile en devenant signataire et participer aux discussions ; quel que soit le métier et la spécialité, chaque voix compte. Une autre façon est les projets : il y aura de nombreux projets en cours d’exécution à travers l’initiative, et plus d’informations seront disponibles sur le site Web de l’initiative.
  • Il n’y a pas de formule toute faite sur laquelle inclure, impliquer les gens ou faire passer le mot. Il y a encore beaucoup à apprendre les uns des autres et à faire. Toute aide est précieuse.
  • Certaines des premières mesures que le gouvernement devrait prendre n’ont aucun coût : il doit enfin reconnaître les choses qui n’ont pas/n’ont pas fonctionné. Deuxièmement, nous devons faire un inventaire des positions de l’État – combien de personnes travaillent dans quelles institutions de l’État, leur rôle et leur mission. Il y a probablement des postes dont nous n’avons plus besoin ou ceux que nous devons avoir.
  • L’idée d’être Arménien est un concept passionnant. Il y a un terme : arménien par choix. Certains le sont génétiquement ou ont un passeport arménien, mais ils ne veulent pas ou ne s’en soucient pas ; d’autres, 1/8ème Arménien ou qui sont d’une nationalité différente, se soucient et font bien plus pour l’Arménie. Et oui, ces personnes sont également impliquées et devraient être autorisées à participer à l’initiative.
  • Il existe diverses options de financement et de collecte de fonds au sein de l’initiative, en commençant par des personnes spécifiques prenant la responsabilité de certaines dépenses/défis et jusqu’à des fonds affectés à des projets spécifiques.
  • La question avec le gouvernement est posée à quel niveau nous les appelons à entamer une collaboration. Ce n’est pas un travail/processus à sens unique. Nous devons unir nos forces et collaborer. La collaboration ne signifie pas faire un don ou aider à des processus. C’est une responsabilité partagée et une idéologie partagée pour un avenir prospère partagé.
  • Alliance est un accord à double face. Avant de penser à qui vous devriez vous allier, vous devez savoir ce que vous pouvez donner dans cette alliance. Nous ne pouvons pas exiger et attendre des grands pays qu’ils nous donnent quelque chose/protègent ou nous aident par le désir absolu d’aider. C’est un processus de donner et de recevoir. Par conséquent, avant de comprendre qui devraient être nos alliés, nous devons savoir ce que nous avons et ce que nous pouvons donner à cette alliance.
  • Une vaste population ne sera pas touchée de la même manière que nous atteignons les jeunes férus de technologie et bien éduqués grâce à cette initiative. Mais nous prenons l’initiative morceau par morceau, et quand nous franchirons cette étape, nous aurons des « traducteurs » qui utiliseront un langage plus simple pour parler au reste de la population. Néanmoins, je sais que nous n’allons pas avoir tout le monde à bord.
  • L’éducation est un énorme problème. Il y a 80 établissements d’enseignement supérieur en Arménie avec une qualité d’éducation inférieure qui servent à donner un diplôme, mais pas d’éducation. Ce secteur a besoin de changements conceptuels. La bonne nouvelle est que nous avons des spécialistes spectaculaires d’origine arménienne dans l’éducation qui seraient prêts à partager leurs connaissances et leurs compétences avec le système éducatif arménien.
  • La façon dont nous positionnons l’Arménie dans le monde est très importante. Elle a besoin d’une approche en réseau. Nous pourrions utiliser de nombreux « points de repère » pour marquer l’Arménie ; nous devons être sages dans cette sélection.
  • Il n’y a pas d’autre issue, pas d’autre moment et opportunité. C’est notre dernière chance de nous réveiller et d’agir. Nous devrions vivre non seulement pour survivre en tant que pays, mais pour prospérer au maximum de notre potentiel.

Recommander des amis (jusqu'à 5)

+

    J'ai lu la politique de confidentialité et j'accepte que mes données personnelles soient traitées.